Le mauvais temps au dessus de Chambéry. Photo par Christine Haas

Il est vrai qu’un paysage ensoleillé est naturellement attirant… on ne peut qu’aimer une beauté évidente, consensuelle, qui appelle à être admirée et montrée. La carte postale en est l’emblématique exemple… qui oserait en proposer avec un paysage pluvieux ?


Cependant, pour moi, il est tout aussi satisfaisant d’obtenir une belle photo par temps nuageux et tourmenté, cette météo qui donne envie de rester à la maison, pelotonné près de la cheminée. J’aime les lumières difficiles, celles qui se perçoivent à force d’attention. Je préfère la délicatesse d’un rideau de pluie à la monotonie d’un ciel bleu.
Alors oui, je suis de plus en plus une photographe du “mauvais” temps .

Mon bonheur : être la tête levée au ciel, admirative de ses volutes… guettant ses délestages… scrutant ce qu’il cache et découvre… et parfois, il me récompense d’un rayon de soleil.

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :